MenuServicesEnLigneF

Accueil > Actualités > Atelier sous régional consacré à la coopération transnationale relative à lutte contre la contrefaçon des médicaments - le 09 mars 2017 à Dakar

Atelier sous régional consacré à la coopération transnationale relative à lutte contre la contrefaçon des médicaments - le 09 mars 2017 à Dakar


Si le trafic de faux médicaments ne connaît pas de frontières, la riposte doit faire de même

Tel est le mot d’ordre consolidé lors de la tenue du deuxième atelier sous régional, consacré à la coopération transnationale relative à lutte contre la contrefaçon des médicaments et produits médicaux, organisé par le Conseil de l’Europe à travers le projet « REPT » le 09 mars 2017 à Dakar et qui à réunit en son sein les représentants :

  •          des administrations compétentes « Sante, Justice, Police, Gendarmerie et Douanes » du Maroc, Sénégal, Mauritanie, Guinée et du Mali,
  •        des organismes professionnels : la Société de conseil et de service du ministère de l'intérieur français « CIVIPOL » et l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique « OCLAESP ».

Ceci dit, que la qualité de la coopération entre les principaux acteurs publics et privés de la scène internationale constitue un atout décisif pour contrecarrer ce fléau, notamment par le biais de :

  •                 partages d’expertises,
  •          accords bilatéraux,
  •          échanges d’informations et actions concertées,

entre les services des états, les grands organismes internationaux, les instances représentatives et les industries pharmaceutiques.

Il va sans dire que les ventes mondiales de médicaments contrefaits représenteraient actuellement près de 200 milliards de dollars contre 75 milliards de dollars en 2010, et selon les statistiques des autorités douanières de l’Union Européenne, les médicaments représentent 10% des produits contrefaits saisis aux frontières. Face à cette situation et Conscient que l’éradication du fléau de la contrefaçon est une responsabilité commune pour toute la communauté internationale, le Conseil de l’Europe a décidé d’élaborer une convention internationale sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique = CONVENTION MEDICRIME qui constitue le premier traité international qui érige en infraction pénale :

  •           La fabrication, l’offre, le trafic de produits médicaux contrefaits,
  •           La falsification de documents,
  •           Et la contrefaçon, la fabrication et la distribution de produits médicaux en violation des normes de sécurité.

MEDICRIME institue à un cadre favorisant l’instauration d’une coopération nationale et internationale entre les autorités sanitaires, policières et douanières avec l’adoption de mesures juridiques de protection des victimes. Et permet de doter les états signataires d’un instrument puissant pour combattre la contrefaçon des médicaments et des produits de santé. A ce jour 27 pays ont signés cette convention dont 9 l’ont ratifié à savoir : l’Albanie, Arménie, Belgique, France, Guinée, Hongrie, Moldavie, Espagne, et Ukraine

Le Maroc a été parmi les premier pays signataire et ce en date du 13 décembre 2012. Et même avant la signature de cette convention, il était déjà membre associé du Réseau des Laboratoires officiels de contrôle des médicaments (OMCL), créé par la Commission Européenne et le Conseil de l’Europe, en mai 1994 ; il a en outre adhéré en 1997 à la Pharmacopée européenne.

Aussi, il y a lieu de noter que notre pays a signé plusieurs accords de partenariat avec plusieurs pays dans le domaine de la contrefaçon notamment avec les pays du GCC, la Jordanie, la Tunisie, mais aussi avec plusieurs pays africains frères et amis. En effet, lors des premières assises du médicament organisées au Maroc au mois de décembre 2015 plusieurs accords de coopération bilatérale ont été signés avec des pays africains visant à consolider le rapprochement dans le domaine pharmaceutique, le renforcement des capacités de lutte contre la production et le trafic de produits médicaux falsifiés et à contribuer aux efforts pour une meilleure collaboration sud-sud et ce à travers la création d’un réseau africain des autorités réglementaires dans le domaine des médicaments et des produits de santé.